Les évenements précédant l'assassinat de Martin Luther King

C’est en 1954 que le décret Brown V. Board of Education (Brown contre le bureau de l’éducation) est voté : La ségrégation à l’école est alors déclarée inconstitutionnelle aux Etats-Unis. La Cour suprême américaine donne tort à ceux qui justifient la ségrégation scolaire au nom du principe «séparés mais égaux ». Pour les Noir, c’est une grande victoire dans son combat pour l’égalité des droits.

 

En 1955 à  Montgomery, en Alabama, Rosa Parks, une femme noire de 42 ans, refuse de céder se place à un blanc. Elle est arrêtée par la police et condamné à payer une  amende de 15 dollars.

Quatre jours plus tard, le pasteur Martin Luther King lance un boycott contre la compagnie de bus de la ville. Pour King, cet évènement est l’élément déclencheur qui le conduira à lutter pacifiquement contre la ségrégation raciale aux Etats-Unis.

 

         

Le 13 novembre 1956, la Cour Suprême déclare les lois ségrégationnistes de Montgomery illégales.

 

        Après le succès obtenu lors de la campagne de boycott, les élites noires des Etats du Sud se retrouvent et fondent une nouvelle organisation en 1957 la Southern Christian Leadership Conference (la Conférence des Chrétiens Dirigeants du Sud). Martin Luther King est élu président. La politique de cette organisation réside dans la non violence prônée par son dirigeant et a comme objectif principal l’égalité des droits civiques.

        Le 15 octobre de cette même année, des étudiants noirs sont escortés par des gardes nationaux armés pour les protéger de la foule, au moment où ils se rendent dans une école supérieure de Little Rock, dans l’Arkansas.

 

       

        Le 19 septembre 1958, une femme tente d’assassiné Martin Luther King pendant la présentation de son livre sur le boycott des bus de Montgomery : Stride toward freedom (Un pas vers la liberté). Il ressortira de l’hôpital le 3 octobre 1958.

 

        Deux ans plus tard, le 15 avril, un mouvement étudiant noir prend naissance en Caroline du Nord et inaugure une nouvelle manière d’opérer : le sit-in. Le point de départ fut donné par le refus de deux jeunes de quitter un lieu réservé aux blancs. Le mouvement prend de l’ampleur et s’organise avec la création du comité de coordination des étudiants non-violents. Martin Luther King joue un rôle actif tant dans la création du comité que dans ses actions. Arrêté plus tard lors d’un sit-in, il est condamné à quatre mois de travaux forcés mais Kennedy interviendra en sa faveur.

 

        Le 4 mai 1961, le premier des Voyage de la liberté décident de traverser les Etats-Unis en bus pour protester contre le racisme. A Anniston et à Birmingham, ils firent face à des groupes de blancs racistes qui, armés de barres de fer et d’autres armes, les massacrèrent et incendièrent leurs bus.

 

 

        A Birmingham, le 12 avril 1963, un des fiefs du Klu Klux Klan, commence une grande bataille de l’intégration. Le but était alors de lancer une vaste campagne pour les droits civiques. Encore une fois, King est arrêté et sera libéré après l’intervention de Kennedy. Il décide de faire descendre les écoliers dans la rue. La police charge sur les jeunes manifestants à l’aide de chiens policiers et de lance à incendie, l’Amérique est choqué par ces images d’enfants brutalisés …

 

 

Le 28 août, King prend la parole à fin d’une marche sur Washington suivie par 400 000 personnes, il prononce son discours le plus fort : « I have a dream » dans lequel il prédit une « autre Amérique ».

 

 

 

 

 

 

        En 1964, le Civil Right Act est signé, il protège les citoyens  de la discrimination fondée sur la race, le sexe ou la religion et garantit l’égalité en emploi et dans l’obtention de services publics.

 

        Le 21 février 1965, Malcom X, le leader des Black Muslims, le groupe radicale en faveur du pouvoir noir est assassiné à New York, alors qu’il tenait un meeting à Harlem.

 

        Le 7 mars, la Garde nationale interrompt avec la plus grande violence une marche de défenseurs des droits de l’homme et de militants antiracistes, à Selma, dans l’Alabama. La chaîne ABC, qui diffusait un documentaire sur les nazies, interrompit son programme pour relayer en direct les images de Selma. Cette journée restera dans les mémoires comme le dimanche sanglant. Le 21 mars, les marcheurs reprennent la route, escorté par la garde nationale. Après cinq jours de marche, le cortège de 25 000 personnes entre dans Montgomery, dix ans après la campagne pour le boycott des bus.

        En août, la loi sur le droit de vote est signée par le président Johnson. Il n’y a plus d’obstacle légal pour l’inscription des noirs sur les listes électorales.

 

       

En été 1967, des émeutes raciales éclatent dans plus d’une centaine de ville : 20 morts à Newark et 43 à Détroit.

 

Lors du mois de mars 1968, une manifestation à laquelle participait Luther King, pour soutenir les éboueurs en grève dégénère en émeute.

        Le 4 avril, le pasteur noir de l’Eglise Baptiste de Montgomery est assassiné à 38 ans par James Earl Ray à Memphis dans le Tennessee.  
<!--[if !supportLineBreakNewLine]-->
<!--[endif]-->

 

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site