Conclusion

    

       En un demi-siècle, la condition des noirs aux Etats-Unis a donc évolué bien plus vite que pendant les décennies précédentes, faisant passer les afro-américains du statut de  moins que rien  à celui de  presque égaux aux blancs. Le chemin parcouru depuis Rosa Parks et le boycott  des bus de Montgomery, les marches pacifiques de Martin Luther King et les actions des Black Panthers permet de voir à quel point le combat fut long et difficile. Il fut certes récompensé par la plus belle des victoires, celle de Barack Obama et du peuple noir, mais il fut aussi jalonné de sang, de violence et de mort. Car il faut garder en mémoire non seulement les assassinats du pasteur de l’Alabama et de Malcom X, leaders charismatiques du mouvement des droits civiques, mais aussi le nombre de « civils » noirs, hommes femmes et enfants, qui ont payé de leur vie des actions dont ils ne faisaient parfois même pas partie. Ne pas oublier les actes d’une cruauté rarement égalée perpétrés par le Ku Klux Klan à l’encontre de tous les noirs et de leurs protecteurs. Et voir les choses en face : certaines inégalités persistent, tant dans les esprits et les moeurs que dans la réalité. Noirs et blancs ne sont toujours pas en situation de parfaite égalité.

        Malgré tout, les Etats-Unis ont désormais donné la preuve au monde que c’est bien sur leurs terres Nord-américaines que l’on trouve le plus grand symbole d’égalité raciale et de mélange réussi. D’ailleurs, « melting pot » est un mot qui ne trouve meilleur emploi que pour désigner le lieu où il fut employé pour la première fois. Et si il reste un petit bout de chemin à parcourir pour arriver à un équilibre social parfait, nul doute que la présidence de Barack Obama impose déjà un respect approfondi et une entente améliorée entre noirs et blancs dans tous les domaines.  Il reste maintenant à voir ce que l’avenir réserve aux Etats-Unis et à leur président, mais la question qui se pose est : verra-t-on une puissance multiculturelle autre que les Etats-Unis élire à sa tête un président noir ou issu d’une minorité ? Ce symbole d’égalité cessera-t-il d’en être un pour s’étendre en Europe et pourquoi pas en France ?

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site